Pascaline Marre
auteur - photographe

À la violence

07/03/2017
JPEG - 575.6 ko

À la violence

Résister à la violence,
Pas de plus haut combat.
Refuser et rire à la peur,
Que vous pensez imposer,
À l’horreur que vous jouissez
Tant de semer.
Vous avez vos mots, sans sens,
Vous avez vos armes, elles tuent.
Vous pensez nous impressionner,
Vous avez peur.

Je ris de vos armes, de vos bombes,
De vos mots, de votre rhétorique,
Je ris de vos mensonges éhontés,
Je ris du paradis que vous prônez,
Tuant des innocents, violant,
Des femmes, des enfants
Sur votre soi-disant Etat,
Un mirage déjà enseveli
Sous le sable de vos inepties,
Vous avez peur.

Corps vides de sens, héros sans tête,
Corps sans visages, votre âme
S’est égarée dans les méandres
De votre infâme iniquité.
Et dans votre bataille vaine,
Vous vous pensez infaillibles,
Vous vous déshonorez,
Arborant vos masques simiesques,
Et votre drapeau ubuesque,
Vous avez peur.

À massacrer ainsi un ennemi
Qui n’a de défense que son courage,
Son désir en la vie.
C’est votre propre peur
Que vous combattez.
Dans cette bataille qui n’a d’ennemi
Que votre bassesse et votre ennui,
C’est votre vie que vous jouez
Votre mal vous grise,
Vous avez peur.

Crions haut et fort
Que nous n’avons pas peur
De ces vauriens, ces analphabètes,
Ces ignares, ces pantins,
Ces petits qui se sentent tout puissant.
Ils n’ont que leur infirmité
Pour affirmer leur grandeur,
Qui n’a d’égal que leur petitesse,
Leur manque de courage
En la vie qui leur est donnée.


Paris, March 2017 / Texte and image © Pascaline Marre